Les principaux syndromes de la vie de famille militaire 3

  • Par adminmacc
  • Le 07/11/2016
  • Commentaires (0)

Tu te souviens du syndrome du congélateur ? De celui du double face ? Et bien retrouve avec joie un nouveau syndrome : le syndrome FANTOMAS !

Environnement pathogène

La vie de famille, plus facilement si un des parents fait partie de ceux qui partent, s’absentent et peuvent même accessoirement en rajouter avec des sorties, des sessions de sport hors travail etc … et dont le conjoint prend en charge une grande partie du temps d'éducation de l’enfant. Ici, nous nous intéressons aux familles de militaire.

Epidémiologie

Cette infection touche le parent qui reste, quelque soit son sexe. Les femmes au foyer sont particulièrement touchées. Elle est courante dans les situations de réintégration : le militaire rentre du travail, de mission, de son footing, de la boulangerie (s'il y a "baguette sous le bras", laisse tomber, t’es déjà mort).7319003950 c41487483f b

Mode d’action

J’ai nommé ce syndrome « Fantomas », parce que ça faisait référence à un truc plus vieux que moi et que par ces temps difficiles de quarantaine galopante, ça devient de plus en plus jouissif de trouver des trucs plus vieux que moi. Et puis aussi, parce que dans Fantomas, y’a « fantom »... ou fantôme quoi. Tu me suis ?

Oui, voilà, le conjoint contaminé ne devient qu’un fantôme, tout est dit ! Il disparait aux yeux de son enfant car le militaire est rentré. Comme si tout ce qu’on avait partagé ensemble, comme si toutes ses heures passées à jouer avec lui, à se lâcher sur de la disco, à gérer ses hurlements de possédé consoler ses chagrins étaient oubliées. Comme si ça comptait que dalle !

Le militaire est devenu le personnage principal et toi, t’es qu’un résidu d’ectoplasme, un spectre ! Ton enfant ne te regarde plus, si tu es une femme, tout doit désormais être fait avec et pour « papou », « papa », « papounet », « Dieu » !

Aggravation

Cette affection est sans danger quoiqu'un peu désagréable. Des envies de hurler peuvent démanger, des irritations pourraient survenir et des épisodes de gémissements ne sont pas impossibles. Si le militaire a l’outrecuidance de ne pas aider à rappeler le rôle et la place clé de son partenaire à ce petit ingrat ange, il se peut que le conjoint de militaire ait envie de se casser à Bali ... Carr'ouf, errer dans les rayons comme une rôdeuse dans Walking Dead en quête de chocolat frais.

Traitement

Le temps est ton allié. N’oublie jamais que le militaire repartira (et qu’on sait pas s’il faut en rire ou en pleurer) et que ton enfant, à moins d’être parfaitement autonome, aura à nouveau besoin de toi. Sa main sur ton bras et tu reprendras forme humaine ! Courage ! Y'a une justice !

***

Si vous avez un coeur et que vous aimez les chatons, aidez-moi à gagner mon concours de dessin et likez le mien ici >  Alfred en Mongolie by Gwen

Photo credit: Pixo7000 via Visualhunt.com / CC BY-ND

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×