Loin des yeux, dans mon coeur

J’ai des mots plein les doigts aujourd’hui, ici c’est un peu chez moi, si tu viens lire ce blog, c’est que peut-être je t’y envoie, ou que tu passes par là. Et comme c'est chez moi, j’ai envie de parler d’absence, d’une absence qui s’installe elle aussi dans les routines de ma vie. Femme de militaire, ou expatriée, changement de vie, déménagement, on laisse bien plus que des souvenirs derrière nous.

Les silences ne font jamais trop peur quand on sait qu’il y aura une prochaine fois, un mot, un appel qui les brisera.Girls 803811 1280

Je n'ai plus peur des silences. Les silences et les pauses où les tourbillons de nos vies prennent le dessus. Les silences où il se passe trop de choses pour qu’on ait le temps de les raconter. Parce qu’on allait trop mal et qu'on ne veut pas déborder, ou parce qu’on allait juste bien et que la sérénité c'est dur à expliquer. On a peur que ça s'envole et de tout recommencer.

Oh la vie se fait sans toi, sans moi, je sais. Mais dès qu’on se revoit, y’a cette partie de moi qui respire, comme une bouffée d'air dans mes poumons. On rit, on pleure, on s’étonne de notre connexion retrouvée, de la complicité jamais perdue, malgré tous les instants tannés de solitude déçue.

Mon ami, ma C.,  ma P.,  mon L.,  mon G.  et les autres, mon bel assortiment d’alphabet. Des gens importants qui manquent parfois pour des petits riens, pour des partages de quotidien, pour les rendez-vous improvisés et les fous rires à libérer.

Alors oui, j’envoie des petites cartes, des livres, parfois de longs mails. Il y a bien quelques coups de téléphone par ci par là, quelques visites chez toi, chez moi. Mais rien ne te remplace. J’ai mis des années à t' apprendre, parfois seulement quelques jours  à t'aimer,  je me suis appliquée avec toi, sans être toujours à la hauteur, pardonne-moi, j’ai voulu ton bonheur aussi fort que le mien.

Parfois, je rumine des choses alors que je sais qu’en 15 minutes sur un canapé/ dans la cave aménagée/ sur une terrasse ensoleillée, ce serait vite transformé et plus qu'une étape dans mon avancée. Mais prendre le téléphone, j’y arrive pas toujours. Et puis ce n’est pas pareil, mon sourire face à toi et un « Ahahah! »  au bout du fil, ça ne se vaudra jamais. Même si tu connais mon goût pour le second degré !

J’ai plein de mots au bout des doigts et ça ne sortait pas.  Je me sens mieux là.

J’ai envie d’imaginer que je vais te revoir bientôt, je me vois te raconter mes petites idées comme d’habitude, t'écouter me parler de toi, te mettre un coup de coude pour chahuter, une main sur l’épaule pour apaiser, te faire un câlin improvisé.

Toi, vous, mes amis. Vos voix, vos rires, vos regards pétillants, tout me manque.  Je pense à toi, je pense à vous quoi.

 

absence militaire femme amis Femme de militaire humeur inspiration

Commentaires (3)

Gg
  • 1. Gg | 26/02/2016
Bonjour, merci pour l'info.
J'espère que ça va aboutir pour Angers ça serai vraiment bien pour que je puisse venir. Bonne journée!
mttaccpt-admin
  • 2. mttaccpt-admin (site web) | 25/02/2016
Coucou, pas de date pour Angers ... je cherche par tous les moyens à ce que cela se fasse pourtant !
Gg
  • 3. Gg | 25/02/2016
Bonjour,
Quelle belle lettre d'amour!
Avez vous une conférence de prévue pour cette année? Je ne suis pas sur Facebook, et oui c'est possible! Lol! Alors est ce que les dates de vos futures conférences seront inscrites sur votre blog? Merci.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×