"Humeur du jour" : Halte aux caricatures !

Beautiful 316287 960 720Quand j’ai commencé à écrire sur la vie de femme de militaire, j’ai eu envie d’apporter un peu d’humour, d’apprendre moi-même à rire de ces moments où le manque nous fait frôler le burlesque, où dans un élan de lyrisme on se met à philosopher sur l’amour à distance et  nous deux contre le monde . J’ai beaucoup lu sur le sujet, parcouru les groupes que j’ai fini par quitter. J’ai eu de nombreux échanges avec des nanas et quelques militaires et je les en remercie car ils ont tous été précieux.

Un des sujets qui revenaient souvent c’était l’attitude à avoir face à l’absence, et là, il se tient toujours le même discours, tout se résume à deux options assez extrêmes, qu’on pourrait résumer par : soit tu es  1/ Wonder’Woman  soit 2/ Depressiv’Woman !

Plus j’y pense, plus les deux options me paraissent réductrices et parfaitement caricaturales. Un peu comme s’il fallait choisir son camp, on devrait se ranger dans telle ou telle catégorie, celles qui appartiennent à la première jugeant la seconde et inversement.

Je me souviens d’une fille qui insultait des conjointes qui vivaient mal l’absence de « cas soc ‘ » (expression on ne peut plus classe), alors qu’elle, elle avait tout compris, tu comprends ?...  sa vie ne s’arrêtait pas lors des missions …  On aurait pu lui demander à quoi bon former un couple. Quel sentiment plus humain que le manque quand celui qu’on aime est absent ?

Il n’y a aucun camp qui peut faire la leçon à l’autre, car il n’existe pas de manière unique et linéaire de vivre une absence. Il n’existe pas DEUX options pour vivre une absence, permets-moi une métaphore capillaire, mais il en existe autant que de nuances de brun.  

Tout est histoire de ressentis, et ça change les ressentis, parfois sur une journée, on change d’état émotionnel. Tout est histoire de circonstances, mon petit minois à m’occuper ou un voire plusieurs enfants à gérer, ce n’est pas la même chose. Tout est histoire de conditions, une OPEX de 4 mois à Tahiti ne se vit pas de la même façon que 4 mois sur un théâtre de guerre. Rien qu'une connexion Wifi, ça vous change une femme. Tout dépend des évènements qui jalonnent cette absence, les fêtes manquées, les changements dans la vie de famille que l’absence rend plus difficiles à vivre.

Tout est histoire de nuances !

Il y a des jours pendant cette absence où ta cape de Wonder'Woman tu la porteras sans t’en rendreBeautiful 316287 960 720 compte (et t'en feras pas tout un plat). Peut-être parce que tu te seras autorisée à être heureuse, peut-être parce que tu auras trouvé un moyen de changer ton regard. Peut-être parce que tu refuses de montrer tes émotions et ta vulnérabilité, peut-être parce que tu as appris que s'écouter et avoir besoin de reprendre son souffle c'était pour les faibles, qu'il fallait relever le menton et ne surtout pas flancher ou montrer le moindre signe de fatigue. Dommage quand même si tu tombes dans l'excès de maitrise. Surtout si tu finis par attendre la même chose de tes proches.

Il y a des jours où tu craqueras, peut-être parce que sa voix n’aura pas eu le bon ton, peut-être parce que le téléphone restera silencieux et puis surtout, parce que tu es humaine, tout simplement. Peut-être que tu réaliseras que sans lui, tu ne vis plus, tu n'existes plus et que plus rien n'a de sens. Dommage quand même si tu tombes dans l'excès de la dépendance. Surtout si tu finis par ne plus exister qu'à travers ta souffrance.

Trouver un juste milieu, accepter les nuances de gris plutôt que de tout ranger dans le noir ou le blanc. Non, l’absence de mon mari ne devient pas une course effrénée entre shopping, mojitos et soirées entre filles, et non, je ne deviens pas non plus l’ombre de moi-même. Je me regarde avec bienveillance, quelque soit mon état à l'instant T, je ne me range dans aucune catégorie et je ne tombe dans aucun piège, ni celui de l'égo qui se déchaine, ni celui d'une relation qui m'enchaine.

Ne te laisse pas enfermer dans des clichés. L’humanité est faite d’aspérités, tout n’est pas lisse et homogène, personne ne peut ranger personne dans aucune case. On a autant le  droit de ne pas être heureux 24h/24 que de transpirer le bonheur, selon les moments. Pleure quand tu en as envie ou redeviens une selfmade woman hyper occupée ! FAIS COMME TU VEUX ! En fait, tout le monde fait ce qu'il peut. N’autorise personne à te diagnostiquer quoi que ce soit s’il ne dispose pas d’une plaque  devant sa porte... Et encore !

Bouton facebook montet acc 2

militaire bienveillance femme absence

Commentaires (5)

admin-mg
Coucou Océane, merci pour ton message.
Ah l'amour .... ça nous nourrit autant que ça nous décentre.
Bien sûr, la vie n'est pas la même quand il est loin, bien sûr il te manque et tu as l'impression de ne respirer qu'à moitié. Je comprends que tu te sois un peu laisser tomber, je crois que ça arrive. Parfois, dans nos vies, c'est d'amour dont nous avions besoin et alors, tout prend sens, tout se transforme, on a un but. Oui, mais. Tu vis une belle histoire avec un homme qui va te demander d'écrire certaines pages sans lui. Il sera dans ton cœur, mais pas dans ta vie. Il va te demander de te souvenir de qui tu étais avant de le connaître, de ce qui tu aimais faire et d'avoir une double vie, votre vie et la tienne. Je suis certaine que tu as les ressources et des talents à exploiter pour passer ce temps. On dit souvent "c'est insupportable" et on le supporte pourtant. Je te souhaite de t'aimer autant que tu l'aimes, c'est une partie du secret.
Oceane
  • 2. Oceane | 17/06/2016
Je suis femme de gendarme mobile ( 7 mois de l'année seule à la caserne ) et moi je suis plus wonder woman dépressive ... disons que j'ai du mal à m'intégrer avec les autres femmes de gendarmes , je suis plus " je ne vois pas ma vie sans lui ,je ne vie pas pour moi et ma vie n'a aucun sens seule ..." j'essaye de travailler sur cela car ça me bouffe la vie ...
Peut être est ce du à mon jeune âge ( 23 ans ) mais j'aimerais beaucoup vivre pour moi ...
Gg
  • 3. Gg | 19/05/2016
Merci
mttaccpt-admin
  • 4. mttaccpt-admin (site web) | 18/05/2016
Je t'envoie de bonnes ondes Gg :)
Gg
  • 5. Gg | 17/05/2016
Bonjour,
Ce texte fait du bien, il rassure. Les petits moments de moins bien c'est normal. Il Ne faut pas se dévaloriser plus qu'il ne faut dans ces moments, il faut trouver les activités pour se détendre et faire de belle chose malgré l'absence. Et oui c'est possible même si ce n'est pas évident.

Gg

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×